Tout comprendre !
Pour aller plus loin...
S'entraîner
Quelques conseils utiles...
Récréation
Echanges
Surfer avec le général

ContextesChronologies

 Biographie lycée
 

1940-1944 : la rupture de la Seconde Guerre
Au moment où l'Allemagne nazie envahit la France, Charles de Gaulle s'illustre à plusieurs reprises à la tête de ses chars, arrêtant notamment les Allemands à Abbeville (27-30 mai 1940). Nommé général le 1er juin 1940, de Gaulle devient quelques jours plus tard sous-secrétaire d'État à la Défense nationale et à la Guerre, dans le gouvernement de Paul Reynaud. Mais le 16 juin, il apprend la démission du président du Conseil, son remplacement par le maréchal Pétain et la demande d'armistice.

L'Appel...
Le 17 juin de Gaulle part aussitôt pour Londres afin de poursuivre la guerre. Avec l'accord de Churchill et après l'annonce de l'armistice faite par le maréchal Pétain, il lance un appel à la résistance sur les ondes de la BBC, le 18 juin. Général rebelle, il est condamné à mort par contumace en août.

Naissance de la France libre et la France combattante...
Reconnu par Churchill "chef des Français libres", de Gaulle organise des forces armées qui deviendront les Forces françaises libres. Par ailleurs, le général de Gaulle dote la France libre d'une sorte de gouvernement en exil, le Comité national français (CNF), qui deviendra le Comité français de la Libération nationale (CFLN) le 3 juin 1943, après l'arrivée de De Gaulle à Alger. Un an plus tard, le général de Gaulle devient le président du gouvernement provisoire de la République française (GPRF).

A partir de 1942, les relations sont plus étroites entre la France libre et la résistance intérieure. De Gaulle charge Jean Moulin d'organiser en France le Conseil national de la Résistance (CNR) dans lequel toutes les tendances des partis politiques, des syndicats et des mouvements de résistance doivent être représentées, afin de coordonner la lutte contre l'occupant, contre Vichy et pour la libération du territoire national.

En revanche, de Gaulle se heurte aux alliés qui ne le reconnaissent pas comme le représentant légitime de la France : ce n'est que le 23 octobre 1944, après la libération de Paris, que le GPRF est reconnu par les États-Unis, l'Union soviétique et la Grande-Bretagne ! Pourtant, le Général avait toujours dit que le choix des Français se ferait librement et démocratiquement après la libération du territoire.


1
- 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8

Page précédentePage suivante


Fondation et Institut Charles de Gaulle
Tous droits réservés